Musique en Côte Basque, autour de Schubert

 
 

Concerts à St Jean de Luz, 27-28-29 avril 2008

Agréables récitals donnés à Saint Jean de Luz à l’occasion des Récitals de printemps bien organisés par l’Académie Maurice Ravel « autour de Schubert » avec le concours des lauréats de la session 2007. D’entrée de jeu, Le Pâtre sur le Rocher, belle pièce pour soprano, clarinette et piano, nous donne à entendre le velouté du timbre et l’excellente diction de la jeune Gaëlle Arquez, toutefois moins à l’aise dans les aigus, et le phrasé ample et dépouillé du clarinettiste Genti Dollani. L’accompagnement au piano de Marine Thoreau La Salle est de bonne facture mais, à vrai dire, un peu austère tandis que le tempo par moments trop lent finit par desservir cette pièce déjà méditative par nature .

Les quatre Lieder Blinde Knabe (D 833), Nacht und Traüme (D 827), Der Tod und das Mädchen (D 531), Auf dem Wasser zu singen (D 774) présentent les mêmes caractéristiques: belle émotion communiquée par le chant, pas assez soutenu par un accompagnement manquant parfois de relief et de densité.

Le Quintette pour piano et cordes « La Truite » (op 114, D 667) emporte, lui, franchement l’adhésion. La jeune Coréenne Mi-Sa Yang, violoniste vive et pleine d’allant, le très sûr Miguel da Silva à l’alto et le bon pianiste Adam Laloum nous proposent une interprétation tout à fait remarquable du chef d’œuvre schubertien au célèbre Andantino. Aux côtés de ces trois artistes, on peut regretter que Gregorio Robino au violoncelle et Fanny Bereau à la contrebasse, n’occupent pas autant le terrain que l’œuvre le mériterait. En revanche, on louera sans retenue l’excellence de la prestation d’Adam Laloum qui pratique la musique de chambre en osmose avec ses partenaires, les soutient, les regarde, les écoute, tout en maîtrisant parfaitement sa partie, laquelle n’est pas simple, loin s’en faut. Un remarquable Quintette en vérité !