Je me présente, je suis écrivain et consultant en développement international.

Diplômé de la Cullman High School, en Alabama (bourse AFS), de HEC, de l'Institut de haute finance (IHFI), je suis titulaire d’un Doctorat en sociologie de l'Université de Paris.

Économiste à la Banque centrale de Tunisie en 1969-1970 au titre de la coopération française, j’entre en contact avec les pays en développement, lesquels marqueront ma vie personnelle et professionnelle. En Tunisie, je rédige une thèse de Doctorat sur les origines et les attitudes des chefs d'entreprises de ce pays.

En 1971, j’entre pour trois ans au journal Le Monde pour traiter les rubriques agricoles et alimentaires, y compris dans leur dimension internationale. Je pars ensuite pour le Laos de 1973 à 1975 dans le cadre d’un programme d'urgence de l'UNICEF, à la fin du conflit indochinois. Contraint de quitter le pays à la fin de 1975, je deviens chef de projet pour la Banque mondiale en Mauritanie.

De retour en France fin 1976, j’anime le service des études économiques d’un établissement financier. Nommé en 1982 Directeur financier du Groupe de presse Jeune Afrique, j’effectue à ce titre plusieurs missions au Gabon, en Côte d'Ivoire et au Cameroun.

Depuis 1986, je suis consultant en management, créant en 1989 ma propre affaire de conseil auprès d'entreprises françaises et d’institutions internationales. J’interviens pour le compte de la Banque Mondiale et de l'Union européenne dans des pays émergents (Mozambique, Madagascar, Burkina Faso, Gabon, Tchad, Maroc, République démocratique du Congo, République centrafricaine). J’anime parallèlement des séminaires pour dirigeants et des conférences sur les thèmes du leadership et du management.

Passionné par l’écriture, j’ai publié plusieurs romans et essais.

Mes cinq romans, L'Ombre de Laure, le Voyage à Leningrad, Mourir à Grenade, Le Cygne de Saigon et Destin d’un juif de Chine traitent les thèmes du voyage, de l'identité, de l'exil et de la mémoire.

Mes essais, issus de mon expérience du terrain, mettent en exergue les notions de légitimité et d'attitudes sous-jacentes aux comportements techniques et managériaux. Le manager musicien établit également des liens entre le monde du management et la musique, dont il décrit les effets positifs sur le développement de l'intelligence sensible, le contrôle des émotions et la gestion du temps. Avec l’essai Agir en beauté, je tente de tisser des liens entre action et beauté et traiter de la dimension esthétique à donner à l'action.

Un dernier mot : La pratique du piano se situe au coeur de ma vie.